Syndrome de l’imposteur, comment le surmonter ?

Certains personnes ont l’impression qu’elles ne méritent pas leur réussite, qu’elles ont eu de la chance, ou qu’elles étaient simplement au bon endroit au bon moment. Si vous en faites partie, cet article est fait pour vous ! Sachez que vous n’êtes pas seul. C’est ce qu’on appelle le syndrome de l’imposteur. En dix ans de coaching en amour, en développement personnel et en business, j’ai croisé beaucoup de personnes qui m’ont fait part de ce problème, et je vais partager avec vous les solutions que j’ai pu leur apporter !

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur ?

Le syndrome de l’imposteur, aussi appelé syndrome de l’autodidacte, est parfois confondu avec le délire d’illusion des sosies de Capgras. 

Les personnes atteintes de ce trouble psychiatrique sont persuadées que leurs proches ont été remplacés par des imposteurs qui leur ressemblent traits pour traits, mais qui ne sont pas les personnes qu’ils connaissent. Il arrive souvent que les gens pensent à ça quand on parle du syndrome de l’imposteur, mais ça n’a rien à voir avec ce dont on va parler aujourd’hui !

Dans le cas du syndrome de l’imposteur, vous n’avez pas l’impression d’être entouré d’imposteurs, mais que c’est vous l’imposteur. 

Le syndrome de l’imposteur n’est pas grave, et surtout ce n’est pas une psychose comme le délire d’illusion des sosies de Capgras. C’est tout simplement le fait de nier tout mérite pour ses accomplissements, aussi bien dans la vie privée que la vie professionnelle. 

Ce terme a été inventé en 1978 par les psychologues cliniques Suzanne A. Imes et Pauline Rose Clance. Elles expliquent que les personnes qui ont ce syndrome trouvent que leur travail est trop simple, et trop évident pour mériter de l’admiration, ou le salaire qu’elles touchent. En réalité le plus souvent, ces personnes sont tout simplement intelligentes, et ce travail qu’elles trouvent trop simple ne l’est pas tant que ça…

Dans les cas les plus extrêmes, le syndrome de l’imposteur peut pousser certaines personnes à se mépriser, voire presque se détester, car elles ont l’impression d’être des dupeurs, qui abusent de leurs proches, de leur collègues, et se servent d’eux en s’appropriant leurs réussites, ou en les utilisant pour dissimuler leur imposture. 

Cette situation peut malheureusement avoir de lourdes conséquences sur votre confiance en vous et l’image que vous avez de vous même, alors que tout cela n’est en réalité que dans votre tête.

Si vous attribuez systématiquement vos réussite à des facteurs extérieurs, comme vos relation, des circonstances particulières, ou de la chance, et que vous avez peur d’être un jour démasqué par tout le monde, et considéré comme un imposteur qui n’a rien à faire là, c’est que vous souffrez du syndrome de l’imposteur. C’est un syndrome qui peut vite devenir gênant dans la vie de tous les jours. Il peut vous démotiver, et vous freiner dans votre carrière, que vous méritez pourtant bel et bien !

Évidemment, les vrais imposteurs ça existe, mais en général, ces gens là sont sans scrupules, et ne sont absolument pas gênés par le fait de ne pas mériter leur réussite. Au contraire, ils sont fiers d’être arrivés où ils sont en prenant des raccourcis et en trichant…

Si vous avez l’impression de ne pas mériter votre poste, votre salaire, vos amis… Et que ça vous fait du mal, c’est le signe que vous n’êtes pas un véritable imposteur, mais que vous souffrez tout simplement du syndrome de l’imposteur. Il faut savoir que 60 à 70% des gens doutent à un moment ou un autre de leur carrière de la légitimité de leur réussite. Vous n’êtes donc pas seul, et c’est tout à fait normal d’avoir cette impression.

Un des problèmes de ce syndrome, c’est qu’il va pousser les gens qui en souffrent à en faire beaucoup trop. Par peur d’être démasqués comme des imposteurs, ces gens vont, pour n’importe quelle tâche qu’on leur donnera à faire, déployer beaucoup trop d’énergie, de temps, et de travail, comme pour prouver qu’ils sont méritants, alors même que tout le monde le pense déjà. 

C’est une source de stress très importante qui peut pourtant être évitée. Si vous reconnaissez votre comportement dans cette description, sachez que beaucoup de gens sont comme vous, et qu’il est tout à fait possible de vous sortir de cette situation !

 

Est-ce que le syndrome de l’imposteur est une maladie ?

Non ! Pas de panique, vous n’êtes pas malade ! Le syndrome de l’imposteur est plus un état d’esprit qu’une maladie, et un état d’esprit, ça peut être changé !

Aujourd’hui, les psychologues Suzanne A. Imes et Pauline Rose Clance regretteraient d’avoir utilisé le terme de « syndrome », car ce n’est en réalité pas une maladie, et ça peut faire croire aux gens qu’ils ont un gros problème. En fait c’est quelque chose de normal, que beaucoup de gens ressentent la même chose, et qu’il est facile de se débarrasser de ce sentiment et reprendre confiance.

 

Qui a le syndrome de l’imposteur ?

Le syndrome de l’imposteur peut toucher absolument tout le monde ! Il n’y a pas de différence notable à ce niveau là entre les hommes et les femmes, et il n’y a pas de catégorie socio-professionnelle plus touchée qu’une autre. En général ce n’est pas un métier en particulier qui va déclencher ce syndrome, mais les responsabilités et la place occupée. 

Plus une personne a de responsabilités, plus les gens autour d’elle admirent son travail et la félicitent, plus elle va avoir de chance de développer ce syndrome, et aura du mal à retrouver confiance en soi

En fait, si vous êtes bon dans votre travail, c’est normal que vous le trouviez facile, et c’est normal que les gens qui vous entourent vous félicitent ! Quelque part, il est logique d’avoir l’impression d’être un imposteur quand on est félicité pour quelque chose qui nous paraît pourtant très simple à faire… Rassurez-vous, vous êtes tout simplement bon dans ce que vous faites, et ça, c’est une bonne chose, rien de plus !

Comme je vous le disais, le syndrome de l’imposteur a souvent un lien avec les responsabilités qui vous sont données au travail, mais il est aussi possible de le développer alors que vous n’en avez aucune ! Ça arrive en général aux personnes qui occupent un poste ou il n’y a pas grand chose à faire… 

Quelques tâches simples dans la journée, beaucoup de temps pour prendre des pauses, discuter avec les collègues, et même rentrer plus tôt à la maison, et pourtant un patron ou un manager qui se dit content de vos performances à la fin de la journée, ça peut être déroutant ! 

Pourtant il faut bien que vous gardiez à l’esprit que ce n’est pas votre faute si vous êtes dans cette situation, et que ce n’est pas parce qu’on ne vous donne pas grand chose à faire que vous ne le faites pas bien ! 

Bien que tout le monde peut avoir ce syndrome, il existe quand-même une catégorie de personnes plus touchée que les autres : les autodidactes. Ces personnes qui ont réussi sans diplômes, dans un environnement où tout le monde a fait de longues études peuvent vite avoir l’impression de ne pas être à leur place… 

Pourtant je l’ai déjà dit sur Next Level Business Team, et je le répète, vous n’avez pas besoin d’un diplôme pour réussir votre vie professionnelle, ou pour mériter cette réussite ! J’ai d’ailleurs écrit un article pour vous aider à comprendre comment réussir votre vie professionnelle sans diplôme.

Il n’y a encore pas si longtemps, n’importe quelle personne intelligente pouvait gravir la hiérarchie et occuper un poste important sans avoir de diplôme, simplement en étant motivée, et observatrice. 

Aujourd’hui, si il est devenu beaucoup plus difficile de réussir sans diplôme, ce n’est pas parce qu’il n’est plus possible d’avoir les compétences nécessaires pour avoir un poste important sans avoir fait d’études. C’est juste parce que de plus en plus de gens ont un diplôme, et les entreprises ne veulent plus laisser leur chance à ceux qui n’en ont pas car ils ont déjà l’embarras du choix avec des piles de CV bien remplis. 

Ça ne veut vraiment pas dire que vous êtes un imposteur si vous avez réussi malgré ça a trouver un poste interessant ! 

Alors qui a le syndrome de l’imposteur ? Presque tout le monde ! Pour rappel, c’est 60 à 70% de la population qui ressent à un moment donné cette désagréable impression d’imposture… Je sais que je me répète mais j’insiste là dessus car le plus important pour se débarrasser de ce syndrome, c’est de bien comprendre que vous n’êtes pas seul ! 

Vous n’êtes pas un imposteur au milieu de personnes qualifiées qui méritent leurs réussite et leur salaire, vous êtes comme tous les autres ! Beaucoup plus de gens que vous le pensez n’ont pas confiance en eux…

 

Pourquoi avons-nous le syndrome de l’imposteur ?

Le syndrome de l’imposteur est le plus souvent causé par l’ambiance malsaine qui règne dans le monde du travail. Il faut en faire toujours plus, faire toujours mieux, et suivre le rythme coûte que coûte ! 

Cela pousse quasiment tout le monde a essayer d’exagérer ou d’embellir leurs capacités. Quand vous êtes dans un environnement comme celui la, vous regardez autour de vous et voyez vos collègues se donner à fond pour faire du bon travail, et vous avez l’impression que vous n’avez pas autant de mérite qu’eux… 

En fait ils sont exactement comme vous ! Terrifiés à l’idée de ne pas en faire assez, et constamment en train d’essayer de faire leurs preuves, d’en faire plus, et même trop, pour montrer qu’ils méritent leur place.

En ce sens, tout le monde est un « imposteur », et c’est tout a fait normal. Le problème, c’est que ce comportement normal qui consiste à embellir notre travail, chez les autres, on le voit comme légitime, et chez nous, on le voit comme une imposture, un mensonge… 

C’est là qu’apparaît le syndrome de l’imposteur. Il faut vraiment que vous gardiez à l’esprit que vous êtes dans la même situation que les autres. Vous êtes tous en train de vous démener pour prouver que vous méritez d’être là.

Quand votre objectif au travail n’est plus de faire du bon boulot, mais de le faire pour montrer aux autres que vous êtes à votre place, vous avez l’impression que tout ce que vous faites est une imposture, un mensonge, du vent… Ça peut mener à une peur constante de faire du mauvais travail, de prendre la parole, etc… Vous devez apprendre à faire un peu confiance en vos capacités !

 

J’ai réussi sur un coup de chance ?

ai je le syndrome de l'imposteurIl existe d’autres facteurs qui favorisent l’apparition de ce syndrome comme par exemple la chance. Il peut arriver qu’on vous confie, ou qu’on vous ai confié une tâche qui va être un véritable tremplin pour votre carrière alors qu’on aurait pu la donner à quelqu’un d’autre. 

Vous allez donc vous dire que quelqu’un d’autre aurait pu être à votre place, et donc que ce n’est pas à vous et à vous seul que vous devez cette réussite, autrement dit que vous êtes en êtes là grâce à un coup de chance.

Vous devez vraiment prendre conscience que la chance, ça fait partie de la vie ! C’est comme ça, parfois on en a, parfois on en a pas ! Rappelez-vous de toutes les fois où vous avez vraiment eu la poisse… Franchement, vous ne méritez pas un peu de chance de temps en temps ? 

De toute manière, il faut que vous compreniez bien que même si vous avez eu une super opportunité sur un coup de chance, si elle vous a permis d’évoluer, c’est que vous avez su en tirer profit. Quelqu’un qui n’a pas les épaules n’aurait pas su en tirer avantage et se serait vu retirer cette opportunité aussi vite qu’on lui avait donné. 

Vous avez peut-être eu de la chance à un moment donné, mais si vous êtes toujours à votre place, et qu’on est toujours content de votre travail, ce n’est qu’à vous que vous le devez !

 

J’ai réussi parce que j’ai été pistonné ?

On peut aussi développer le syndrome de l’imposteur quand on a été pistonné. On se met alors à attribuer toute notre réussite et nos succès à nos relations, et pas à notre travail…

C’est vrai qu’accéder à un poste grâce à une connaissance, en sachant qu’on ne l’aurait pas eu autrement, ce n’est pas très gratifiant et c’est même un peu injuste pour les autres. Mais c’est comme la chance ! C’est un coup de pouce au départ, mais ensuite ? 

Je peux vous assurer que si vous étiez nul, mais alors vraiment nul de chez nul… que vous n’aviez rien à faire là, ça fait bien longtemps que la personne qui vous pistonné aurait regretté sa décision et vous aurait mis à la porte ! 

 

Les sources du syndrome de l’imposteur dans l’enfance

Le syndrome de l’imposteur trouve aussi bien souvent sa source dans l’enfance et l’éducation de la personne qui en souffre. 

Il peut apparaître si par exemple vos parent vous ont souvent félicité, et vous ont souvent dit que vous êtes intelligent, alors que vos professeurs n’ont pas su déceler votre potentiel.

Ça peut vous donner l’impression que vos parents vous ont surestimé, alors que vous n’avez en fait rien d’exceptionnel. Ça peut même aller jusqu’à vous faire penser que vous avez su duper vos propres parents et que vous avez en fait toujours été un imposteur ! 

En fait, même si effectivement, les parents ont toujours tendance à exagérer, voir idéaliser les capacités de leurs enfants, les professeurs ont aussi tendance à descendre tous les élèves qui sont intelligents mais pour qui le système scolaire actuel n’est pas adapté.

L’inverse peut arriver aussi, si vous avez eu de bonnes notes à l’école, et les félicitations de tous vos professeurs, mais que ce n’était jamais assez pour vos parents, vous risquez plus de développer le syndrome de l’imposteur…

 

Un changement de milieu social

Beaucoup de gens souffrent du syndrome de l’imposteur quand le milieu social le plus représenté dans leur travail ne correspond pas à celui duquel ils viennent. Parfois les collègues peuvent même le faire sentir à la personne concernée, ce qui renforce chez elle l’idée selon laquelle elle n’est pas à sa place. Ça, c’est vraiment du grand n’importe quoi ! 

Personnellement je ne viens pas d’un milieu riche, et je peux vous assurer qu’il n’y a pas de mal à ça et qu’au contraire, vous avez d’autant plus de mérite à en être arrivé là alors que « l’ascenseur social » est en panne depuis un moment.

Si vous occupez un poste, c’est que vous le méritez ! Et si vous êtes sans cesse en train de vous tuer à la tâche pour montrer que vous le méritez vraiment, c’est que vous le méritez encore plus ! 

 

Quelles sont les conséquences du syndrome de l’imposteur ?

Le syndrome de l’imposteur peut avoir des conséquences très néfastes sur votre vie et au travail, surtout si vous n’êtes même pas au courant que vous l’avez. J’espère que cet article vous aidera au moins à vous rendre compte que ce sentiment que vous avez n’est pas dû à une véritable imposture, mais à ce syndrome qui touche beaucoup de monde.

Si vous souffrez du syndrome de l’imposteur, vous avez forcément en permanence ces peurs d’être démasqué et des échecs. C’est la principale conséquence de ce syndrome. Ces peurs sont des sources de stress très importantes. Pour des solutions efficaces contre la peur de l’échec, rendez-vous ici ! 

Ce stress, si il prend trop de place dans votre vie et votre esprit peut mener à un mal-être permanent qui peut vous pousser à bout si vous ne changez pas d’état d’esprit et que vous ne comprenez pas que vous méritez vos succès. 

Le stress chroniques a des effets sur la santé au niveau physique, pas seulement dans la tête !

Il peut déclencher une fatigue chronique, des douleurs musculaires, des douleurs articulaires, des troubles de l’appétit, de la digestion, et du sommeil…

Il perturbe aussi votre concentration et peut mener à des oublis et des erreurs.

Si ce stress chronique perdure pendant des années, il peut même être un facteur aggravant dans l’apparition de certaines maladies comme des troubles cardio-vasculaires, ou une dépression.

C’est pourquoi il est important que vous appreniez à gérer votre stress, et que vous arriviez enfin à vous attribuer le mérite de vos réussites, la place que vous occupez dans votre travail, etc…

Le pire, c’est que ce stress peut entraîner un cercle vicieux. Vous avez l’impression que vous ne faites pas un assez bon travail par rapport aux compliments qu’on vous fait et le salaire que vous gagnez, alors vous stressez. Ce stress va causer une fatigue et un manque de concentration qui vont avoir un impact négatif sur la qualité de votre travail, et vous donner encore plus l’impression que vous ne méritez pas votre place.

C’est quelque chose à ne pas prendre à la légère, car ça peut mener à un burn-out. Il faut éviter ça à tout prix !

 

Comment savoir si vous êtes concerné par le syndrome de l’imposteur ?

Vous pensez peut être que c’est tout à fait normal de ne pas être trop prétentieux et de ne pas penser que tout ce qui vous arrive est le fruit d’un dur labeur et d’une intelligence exceptionnelle. Vous n’avez pas tord ! Mais alors comment savoir si vous avez vraiment le syndrome de l’imposteur ou non ?

 

Vous êtes perfectionniste !

Si vous avez toujours été perfectionniste, et que vous l’êtes dans tous les aspect de votre vie, c’est juste que vous êtes comme ça, c’est votre personnalité. Par contre, si vous avez l’impression d’être devenu perfectionniste au travail, à cause d’une pression que vous vous infligez à vous-même, dans le but de faire toujours vos preuves, ça peut être un signe du syndrome de l’imposteur.

 

Vous ne savez pas accepter les compliments …

Accepter des compliments, ce n’est pas toujours facile, ça peut même être un peu gênant, mais ça peut être juste dû au fait que vous êtes humble et n’aimez pas attirer l’attention sur vous, ce qui n’est en soi pas une mauvaise chose. 

En revanche si vous êtes totalement incapable d’accepter le moindre compliment, non pas parce que ça vous met mal à l’aise, mais parce que vous n’y croyez pas, et que vous pensez que la personne qui vous complimente se trompe, vous avez peut être le syndrome de l’imposteur. Vous devez avoir confiance en vous !

 

Vous n’avez pas confiance en vous

Vous n’osez pas exposer vos idées de peur qu’elles soient mauvaises alors qu’à chaque fois que vous osez, tout le monde les trouve très bien ? Ce genre de manque de confiance en soi non justifié peut être le signe que vous souffrez du syndrome de l’imposteur.

 

Vous êtes constamment sous pression 

Sous pression, oui, mais pas du fait de vos supérieurs. C’est vous même qui vous infligez cette pression énorme, parce que vous avez peur de faire du mauvais travail et que tout le monde se rende compte que vous n’avez rien à faire là… 

Alors qu’en fait vous avez tout à faire là et que vous n’avez pas besoin de vous stresser pour si peu. C’est typique du syndrome de l’imposteur. Si tout le monde autour de vous est content du travail que vous réalisez, apprenez à relâcher un peu la pression ! 

 

Vous avez peur d’être démasqué 

Jusque là, les signes du syndrome de l’imposteur dont je vous ai parlé ne sont individuellement pas problématiques, c’est à dire que si vous avez reconnu votre comportement dans un ou deux de ces signes, ça ne veut pas dire que vous avez forcément le syndrome de l’imposteur. 

Par contre, si vous avez précisément la peur du regard des autres et peur que les gens autour de vous se rendent compte que vous faites semblant d’être méritant. Si vous pensez qu’à n’importe quel moment tout le monde pourrait réaliser que vous êtes incompétent, c’est très certainement dû au syndrome de l’imposteur. Lisez cet article pour découvrir comment affronter le regard des autres !

 

Vous vous dévalorisez

En plus de ne pas accepter les compliments, vous êtes sans cesse en train de vous critiquer vous même. Vous êtes très dur avec vous et votre travail, et trouvez toujours quelque chose à redire sur ce que vous avez fait, même quand tout le monde insiste pour dire que c’est parfait. C’est le signe d’un manque d’estime de soi qui est souvent associé au syndrome de l’imposteur.

Arrêtez cette dévalorisation permanente et ça ira beaucoup mieux !

 

Vous pensez que tout le monde peut le faire

Vous êtes persuadé qu’il n’y a pas de raison qu’on vous félicite pour votre travail parce que tout le monde pourrait le faire ? 

C’est un autre signe du syndrome de l’imposteur… Et vous savez quoi ? Vous avez raison, tout le monde pourrait le faire, mais est ce que ça veut dire que vous êtes un imposteur ? Pas du tout ! Tout le monde peut tout faire avec assez de travail, de motivation, et d’expérience ! 

Ça ne veut pas dire que vous n’avez rien fait pour arriver ou vous êtes ! Et encore moins que vous ne le méritez pas ! Prendre conscience de cela est un bon moyen pour reprendre confiance en soi.

 

Avez-vous le syndrome de l’imposteur ?

Si quelques un de ces signes du syndrome de l’imposteur vous correspondent, c’est normal ! Un ou deux, rien d’inquiétant, tout le monde est comme ça. Par contre à partir de quatre, cinq, six, ou même tous, vous êtes quasiment sûr d’avoir ce syndrome. 

Ne vous inquiétez pas, vous pouvez vous « soigner », surtout en évacuant les pensées négatives. Nous allons voir ça ensemble dans la suite de cet article !

comment vaincre le syndrome de l imposteur

Comment vaincre le syndrome de l’imposteur ?

Se débarrasser une bonne fois pour toutes du syndrome de l’imposteur, vous allez voir c’est pas si compliqué que ça. C’est surtout une question de perception de vous même, et de confiance en soi.

 

1 Identifier le problème 

C’est évident mais très efficace. Prendre conscience que vous n’êtes pas un imposteur, mais que vous avez juste comme tout le monde, tendance à sous estimer vos capacités, ça va beaucoup vous aider à surmonter ce problème. 

Vous pourrez continuer de travailler normalement, et sortir de votre zone de confort mais sans avoir peur qu’on vous démasque.

 

2 Concentrez-vous sur vos succès 

Pour vous convaincre que vous méritez effectivement le poste que vous occupez, repensez à votre parcours. Qu’avez-vous apporté à votre entreprise ? 

Comment en êtes-vous arrivé la ? À quel point vous avez travaillé ? Toutes ces choses positives vont vous aider ! 

Vous pouvez aussi relire votre CV pour vous rendre compte que si vous avez été engagé, c’est bien parce que vous avez les compétences et l’expérience nécessaire pour ce poste ! C’est une très bonne méthode pour prendre confiance en vous !

 

3 Faites un journal de réussites 

À chaque fois que vous faites quelque chose de bien, notez le quelque part ! Vous avez reçu un mail vous félicitant du travail que vous avez rendu ? Copiez le dans votre journal ! Ça peut paraître bête dit comme ça, mais garder des traces de tout ce que vous avez accompli et les relire de temps en temps, ça fait du bien, et c’est excellent pour la confiance en soi !

 

4 Soyez moins dur avec vous-même 

Souvent, les gens ont le syndrome de l’imposteur parce qu’ils se focalisent sur leurs échecs, et oublient leurs qualités. On a vu que tenir un journal, est efficace pour garder en tête que vous êtes plein de qualités. Pour ce qui est des défauts, je n’ai qu’un conseil : dédramatisez ! N’ayez pas peur d’échouer ! 

Des erreurs, des oublis, des petites bourdes par ci par là, ce n’est pas le signe que vous êtes incompétent… C’est le signe que vous êtes humain ! Tout le monde fait des erreurs, pas seulement vous. 

Ça ne veut en aucun cas dire que vous faites du mauvais travail, et donc que vous ne méritez pas votre place. Pour réussir, il faut oser rater ! C’est n’est pas grave si vous n’êtes pas parfait.

J’ai créé une formation pour les gens qui n’arrivent pas à reprendre confiance en eux. Si vous avez ce problème, elle est faite pour vous, et va changer votre vie ! Pour en profiter, cliquez ici !

Pour conclure, le plus important pour en finir avec le syndrome de l’imposteur, c’est :

  • Prendre confiance en soi
  • Arrêter de se dévaloriser 
  • Se focaliser sur ses réussites 
  • Se rendre compte qu’on est méritant 

Vous allez maintenant pouvoir reprendre confiance en vous et sortir de ce cercle vicieux !

Votre coach qui vous aide à vaincre le syndrome de l’imposteur,

Alex Cormont

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Une équipe d'experts dédiée à faire croitre votre entreprise grâce à des solutions innovantes.

> En savoir plus

Les 10 piliers pour entreprendre avec succès
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez